Un cas de transformation chez Abe Kôbô : Dendrocacalia

C’est avec Dendrocacalia (Dendorokakariya, デンドロカカリヤ), publié en août 1949 dans la revue Hyôgen (表現) [1], qu’Abe Kôbô attire l’attention du public : il y exprime véritablement pour la première fois son style unique. Le contraste avec ses premiers écrits est fort. L’influence d’un réalisme existentialiste est abandonnée au profit d’un style très différent voire opposé : le surréalisme. De plus, notont que le protagoniste ne s’exprime plus à la première personne, mais à la troisième, ce qui, avec l’apparition d’un narrateur, dénote un changement de positionnement de la part d’Abe lui-même par rapport à son histoire (Abe n’abandonnera néanmoins jamais la première personne, présente dans la majorité de ses romans : son style est plutôt une narration autodiégétique où le protagoniste principal navigue entre un « je » et un « il »).

Dendrocacalia est aussi très inspiré par La Métamorphose de Kafka. Toutefois, alors que Grégor Samsa périt à la suite de sa transformation, Komon, le protagoniste principal de la nouvelle d’Abe, trouve finalement le repos dans sa transformation en une plante verte.

Selon Tanaka Hiroyuki, les transformations des personnages des romans d’Abe sont choisies précisément, et les considérer toutes comme divers avatars aléatoires d’une même transformation symbolique – la transformation de l’homme en une chose – nuit grandement à la compréhension de chaque œuvre[2]. Les transformations des protagonistes sont effectivement nombreuses dans les œuvres d’Abe (plante, mur, cocon, eau, tanuki…) et chacune s’inscrit dans un contexte et des événements très variés.

Dans Dendrocacalia, plusieurs choses dont il est fait explicitement allusion permettent de donner du sens à la mutation de Komon en une plante. Il s’agit d’une part de La Divine Comédie de Dante et les mythes grecs, d’autre part du livre La vie des plantes de Timiryazev, et en dernier lieu des publicités que rencontre Komon au fil de son aventure dramatique.

Ainsi, de La Divine Comédie (au treizième chant de L’Enfer) nous comprenons avec Komon qu’il est un « suicidé » et qu’un châtiment correspondant lui est infligé : âme de suicidé transformée en arbre, il est la cible de Harpies qui en ont après ses feuilles (« K. » lui apparait l’espace d’un instant avec un visage de Harpie).

Malgré ses visions révélatrices, Komon se fait encore influencer par « K. », qui lui défend de croire à Dante ou aux mythes grecs (qui enseignent finalement la dictature des Dieux sur les hommes et se font la voix du pouvoir), et le convainc plutôt de considérer les choses sous un angle plus « scientifique », en lisant l’ouvrage de Timiryazev par exemple : La vie des plantes [3]. « K. » lui dépeint même les plantes sous un angle très flatteur, les lui présentant comme les nouveaux dieux contemporains… Lui qui a déjà recueilli de nombreuses plantes dans sa serre « sous la protection du gouvernement » est impatient que Komon les rejoigne.

Enfin, une affiche publicitaire (pendant la « semaine verte ») diffuse le poème-slogan suivant :

Pour traverser ce monde fugitif,
Pourquoi ne pas devenir une ville de lauriers,
Et dans ce vert obscur,
Faire frémir nos feuillages ?

On peut sentir ici toute l’ironie comique doublant une critique acerbe qui parcourt le texte : le style d’Abe. Dans un brouillon, Abe écrivait la chose suivante :

Tu sais toi depuis quand les hommes ont commencé à se transformer en plantes ? Je ne dis pas que c’est bien ni que c’est mauvais : si c’est la vérité, on n’y peut rien, n’est-ce pas ? [4]

En tout cas, c’est le sort que subit Komon :

Enfin, le jour était sur le point de se lever. La condensation sur les vitres tombait violemment comme de la cire. Juste derrière Komon, une plante  tropicale inconnue s’appuyait, qui lorsqu’il remuait son corps, faisait un bruit sec d’éventail. « Est-ce bien comme ça, M. Dendrocacalia ? ». Komon approuva faiblement de la tête. Il ferma les yeux, et tendit ses mains doucement, vers le soleil qui n’était pas encore levé.

Si la nouvelle s’achève de manière dramatique, l’intention d’Abe est de nous faire réfléchir nous lecteurs sur cette métamorphose. D’ailleurs, un schéma laissé par l’auteur dans un brouillon montre que la transformation (au sens figuré cette fois) n’est peut-être pas irréversible :

Découverte que HOMME     ← →     VÉGÉTAL  (réversibilité possible)[5]

 


[1] Pour le présent article, nous utilisons la version du texte remaniée, parue le 31.12.1951, dans le recueil de nouvelles d’Abe « Peau affamée » (Yurika), rééditée dans les Œuvres complètes (AKZ), t. 3 (Shinchôsha, 1997), p. 350-365. Entre la première version de la revue Hyôgen (Kadokawa) et cette version Yurika, les changements, bien que relativement importants, n’affectent guère que le style du texte (le narrateur, alors ami du protagoniste principal, jouait un certain rôle dans le développement des événements : c’est lui qui indique la Divine Comédie, et non Komon qui s’en souvient). Kobayashi Osamu suggère qu’il s’agissait peut-être de réduire la distance imposée par le point de vue d’un narrateur trop présent, pour augmenter l’effet de réalité (KOBAYASHI Osamu (小林治), Shôwa nijûnendaino abe kôbô tanpensakuhin ni tsuite (1) – henshin to shintai wo megutte –, 昭和二十年代の安部公房短編作品について(一)―変身と身体をめぐって―), in 駒沢短大国文29, p. 49-60, 駒沢大学, 1999). De plus, ces corrections ont eu lieu peu de temps après la parution de la première version, c’est-à-dire dans la même période surréaliste, laissant à notre avis le texte intact dans sa visée originale. Il s’agit aussi de la version la plus répandue. Néanmoins, la première version peut être trouvée dans les Œuvres complètes (AKZ), t. 2 (Shinchôsha, 1997), p. 234-254.

[2] TANAKA Hiroyuki (田中裕之), Hiyu to henkei – abe kôbô no henkeitan ni tsuite –, 比喩と変形 ― 安部公房の変形譚について―, p. 1-2, in 梅花女子大学文学部紀要. 比較文化編, n. 37, p. 1-14, 梅花女子大学, 2003.

[3] Biologiste et physiologiste russe né à Saint-Pétersbourg en 1843, Kliment Timiryazev oriente ses études vers la physique, les mathématiques et les sciences naturelles. Il répand les théories de Darwin, et en parallèle, il est l’un des premiers lecteurs russes de Marx. Il conduit ses recherches principalement sur la photosynthèse et est nommé professeur de botanique à l’Académie Petrovski d’agriculture et des eaux et forêts (aujourd’hui Académie Timiriazev). Il meure en 1920.

[4] ABE Kôbô, Itsugorokara, いつごろから, p. 232, AKZ, t. 2, p. 232.

[5] Idem.


Laurent RAUBER

Enseigne le français au Japon. Intérêts : la France et le Japon chez Mori Arimasa ; la SF et Abe Kôbô ; les jeux-vidéo.

More Posts

Publié par

Laurent RAUBER

Enseigne le français au Japon. Intérêts : la France et le Japon chez Mori Arimasa ; la SF et Abe Kôbô ; les jeux-vidéo.

Laisser un commentaire