Revue de lecture : « Autoportrait de l’art japonais », Nobuo Tsuji, aux éditions Fleurs de Parole.

27 octobre 2011
Par

Autoportrait de l’art japonais, travail de l’éditeur Philippe Decouvette (Fleur de Parole) est une introduction aux réflexions de Nobuo Tsuji, historien de l’art du Japon, à la stature académique incontestable puisqu’il a signé plus de deux cents ouvrages, articles, vidéos touchant aux arts du Japon et à ses représentants. Il fut très récemment rendu familier au grand public Japonais par sa collaboration avec l’exubérant artiste Takashi Murakami, notamment sur la série « Nippon e awase »  (concours de peinture japonaise) du magazine Geijutsu Shincho, puis, en 2010, avec le reportage « Jakuchû Miracle World » diffusé sur la NHK, ou Nobuo Tsuji  intervient auprès du chanteur pop Ôno Satoshi, plongé dans le monde fantaisiste du peintre Itô Jakuchû (1716-1800).

Directeur du Miho Museum à Kyoto et président de l’université d’art de Tama, Nobuo Tsuji sait rendre, avec beaucoup de finesse,  la présence dans l’art japonais d’une énergie en mouvement, coutumière d’émotions et d’effusions en tout genre. On y retrouve une approche personnelle, amoureuse, impliquée et donc forcément partiale de l’auteur, mais c’est justement ce qui enrichira le point de vue du lecteur.

Autoportrait de l’art japonais, donc, rassemble une sélection de chapitres issus de « Nihon bijutsu no mikata » (Tsuji, Nobuo. 1992. Tōkyō: Iwanami Shoten). L’intelligence de ce texte est de briser le “catégorisme” ambiant qui plane souvent autour des réflexions de spécialistes en matière d’arts japonais. Dans cet ouvrage, on perçoit l’art comme une expression multiple qui sait s’amuser des codes, et dans une société aux représentations culturelles aussi diverses que la société japonaise, ces codes se font plaisamment bernés sans toutefois toucher à la contradiction. L’art n’est pas aliéné à une élite, c’est la respiration d’un peuple et Nobuo Tsuji nous donne de partager ce souffle depuis l’époque néolithique jusqu’à l’époque moderne à travers des notions analytiques précises, qui aident le lecteur à réceptionner la multitude de photographies, des bols à thé aux paravents ornés en passant par les costumes de théâtre, qui parsèment cet ouvrage.

Pigments bleus, rouges, feuilles d'or et motifs de fleurs et d'oiseaux

« Le plaisir de l’ornemental »

Sans chercher à créer de la singularité dans l’art japonais, qui est aussi un art issu d’échanges avec le continent, Nobuo Tsuji tente de dégager deux caractéristiques fortement perceptibles des arts du Japon : le décoratif et le jeu.

L’exaltation ornementale, la recherche d’une réciproque entre l’artiste et son public, l’un jouissant des émotions de l’autre. Le décoratif en somme, qui joue sur le plaisir des sens, mais qui, loin de naître de conceptions abstraites ou accessoires, tient à la délivrance d’un message culturel voir spirituel fort, un système de symboles matérialisant la vie sociale dans une continuité qui aurait fait plaisir à un Durkheim.

Laques, calligraphies, peintures sur soie ou papier, paravents et robes de cérémonies sont agrémentés de vives représentations, et ornaient l’intérieur des résidences privées jusqu’aux pavillons monastiques faisant tradition de ce goût pour l’élégance (furyû) dans un désir populaire de se refuser à identifier peinture et art décoratif.

Même quand cet art se veut respectueux de la forme (à l’exemple des « peintures de fleurs et d’oiseaux » kachôga ou des reproductions réalistes tsukurimono) il ne rejette aucune variation qui puisse faire valoir l’intention créative de son auteur, jusqu’à amener l’artiste vers un procédé de « reprise parodique » mitate qui apporte de « l’invention décorative »

Une force dynamique qui joue sur les variations de formes et qui émerveille encore ceux qui, vers la fin du mois de juillet, ont la chance d’assister au festival de Gion dans les rues de Kyoto où les grands chars (yamaboko) ornés de motifs aux couleurs vives retransmettent toute cette énergie.

Coffret laque, incrustation de nacre, or et argent

« L’esprit ludique »

La lecture du texte de Nobuo Tsuji donne à voir la variété de thèmes qui animent les représentations artistiques au Japon, jusqu’à une effervescence créative à l’époque guerrière et la réalisation de casques dont certaines formes ne manquent pas d’humour. « Un style réaliste jusqu’au parodique » est l’expression que l’auteur emprunte à Sherman E. Lee pour décrire un esprit artistique sans contraintes, une créativité spontanée qui est nourrie du goût du jeu.

Aimé par la cour impériale de Heian dans ce qu’il a de « piquant » okashi, ce besoin de jeu et de dérision dans les « images satiriques » (oko- e), dans les « jeux d’illusions » (karakuri), semble répondre à la théorie développée dans cet ouvrage de recherche d’exagération comme moteur créatif. Une autre lecture du monde sensible.

De la libre gaieté du peintre zen Sesson  shûkei (16ème siècle) aux figures bondissantes de Tawaraya Sôtatsu, Nobuo Tsuji nous accompagne dans ce jeu d’expressions riantes qui, comme le fera le théâtre kabuki ou la littérature de divertissement, emmène le publique dans un monde à l’expressivité vive et à l’imaginaire pugnace.

« Autoportrait du Japon » un ouvrage agréable donc, tant pour l’intérêt qu’il sait susciter à la lecture des réflexions de l’historien Nobuo Tsuji , qui conçoit les arts japonais comme un tout irréductible, un vivier d’énergies qui peuvent aussi être gaies et exubérantes, que pour la richesse de ses illustrations qui font classer cet objet dans la catégorie des « beaux livres ». Moi qui ne suis pas spécialiste de ce domaine, mais qui cherche toujours à enrichir un point de vue “civilisationniste” du Japon, je me réjouis de ce type d’ouvrages francophones au ton précis et original.

Crédits photos: Philippe Decouvette,  Autoportrait de l’art Japonais


Alexandre Goy

Doctorant à l'Université de Strasbourg. Domaine de recherche: Histoire du bouddhisme et ethnologie du Japon. Sujet de thèse: Shugendô et pratiques rituelles. Directrice de thèse: Sakae Murakami-Giroux.

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , , , , , , , ,

Posté dans : Art, Lectures, Comptes-rendus, Pensée

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.


Carnets de recherche