ABE Kôbô, Quatrième âge interglaciaire, 1959

18 octobre 2012
Par

Au travers de cahiers de notes, le professeur Katsumi, chercheur au milieu de la quarantaine, replonge dans les événements qui ont mené à la situation actuelle : l'Union Soviétique a réussi à créer une machine qui prédit l'avenir, baptisée « Moscou-I » mais les autorités soviétiques décident après avoir montré les compétences de la machine sur certains marchés financiers de ne pas révéler davantage de données sur le futur pour ne pas déstabiliser l’économie. Le gouvernement japonais qui perçoit cela comme un début de compétition, et donne toute latitude au professeur Katsumi, programmeur, et à son équipe du laboratoire, pour développer une machine qui serait capable de prédire le futur. Quelque deux années sont nécessaires pour arriver à un prototype qui arrive à prédire des événements qui surviennent à la TV. Après une deuxième expérience réussie, la machine est baptisée officiellement « KEIGI-1 ». Mais aussitôt, les Soviétiques annoncent la création de « Moscou -II », machine encore plus évoluée que la première, qui aurait prédit la réalisation de la première société communiste dans les trente-deux ans à venir, et l'effondrement de la dernière société capitaliste vers 1984. Mais les chercheurs japonais ne sont pas tous dupes, et remettent en question tout de suite la prévision de la machine :

« Je pense aussi comme ça. Après tout, que le futur doive devenir une doctrine, c’est louche.
[...]
- C’est bête, oui, ce n’est pas ce qu’on appelle justement le communisme ?
[...]
- Mais une doctrine, c’est un moyen de connaissance n’est-ce pas ? Un moyen et la réalité, ce sont deux choses différentes ! »

La réponse américaine ne se fait pas non plus attendre : il ne faut pas confondre prédiction et divination. Les États-Unis remettent en cause aussi le principe fondamental de prévoir l’avenir, qui est une menace pour la liberté humaine : eux-mêmes ont déjà bien sûr mis au point une telle machine, mais refusent de s’en servir à des fins politiques... D’un coup, le projet confié au Dr Katsumi prend une autre tournure. Tomoyasu, un fonctionnaire du bureau des statistiques relié au projet, annonce que si les recherches continuent, l’utilisation de la machine ne pourra pas avoir lieu sans l’autorisation du comité. Peu à peu, beaucoup de participants quittent le projet. Katsumi et Tomonogi décident alors de continuer le projet à eux deux, et d’essayer de prévoir l’avenir d’un individu.

Ils choisissent au hasard le sujet de leur expérience et se décident pour un homme tout a fait banal qu’ils trouvent dans un café. Katsumi vient à avoir des doutes sur le bien-fondé de l’entreprise, mais Tomonogi arrive à le convaincre, par les divers avantages que cela pourrait représenter pour la société, notamment l’utilité policière, pour la santé, et financière (assurances). Bien que le comportement de l’homme semble étrange (il devait peut-être avoir un rendez-vous, mais la personne n’est pas venue), ils le suivent jusqu’à que tard dans la nuit, il entre dans un appartement appartenant à une femme, Kondô Chikako. Tomonogi suit l’homme vers l’appartement et Katsumi attend à l’extérieur. Mais dès que l’homme entre dans l’appartement, Katsumi voit la lumière ne s’allumer que l’espace d’un instant puis s’éteindre immédiatement. Lorsque Tomonogi revient, ils discutent de l’étrangeté des événements : peut-être l’homme s’est-il aperçu qu’il était suivi ? Cependant, leur plan est sévèrement inquiété lorsqu'ils découvrent le lendemain dans le journal la mort de l'homme qu'ils suivaient. Il a de toute évidence été assassiné, et sa petite amie semble être en cause (elle est allée se rendre à la police), mais son témoignage regorge d'incohérences et certains témoins parlent de deux personnes qui suivaient la victime... Il ne reste donc qu'une solution à Katsumi et Tomonogi afin de ne pas être mis dans de beaux draps : trouver le coupable avant que les soupçons ne jouent en leur défaveur.

Il mettent au point leur plan et rassemblent à leur cause plusieurs personnes sans détailler leur situation, dont Tomoyasu, chargé de convaincre les supérieurs, Aibane et Wada, deux jeunes de l’équipe, qui seront chargés de rassembler un maximum d’information sur la victime et la jeune femme, ainsi que le docteur Yamamoto, de l’hôpital central, qui se chargera de recevoir le corps pour l’analyse des ondes cérébrales. Avec toutes ces informations, le corps placé dans une machine à l’hôpital, le mort va pouvoir parler et répondre aux questions du professeur Katsumi au travers de « KEIGI-I ».

Juste avant de procéder à l’interrogatoire posthume, Katsumi reçoit un coup de téléphone, et une voix lui dit de ne pas trop se mêler de ce qui ne le regarde pas. Le téléphone coupe soudain, et Katsumi, bien que surpris, commence tout de même à poser ses questions au mort. Celui-ci contre toute attente ne veut pas croire qu’il est mort, puisqu’il parle. Alors Katsumi et Tomonogi essayent de retenter l’expérience, en faisant croire à l’homme qu’il est toujours vivant. Celui-ci, un comptable, raconte qu’un jour il commença à avoir des doutes sur les sources de revenus de sa petite amie. Celle-ci semblant cacher des choses, il la questionna jusqu’à qu’elle lui avoue qu’elle avorte contre de l’argent. L'homme, curieux et ne croyant d’abord pas son histoire, apprendra par la suite qu’un hôpital achète des fœtus pour en faire des « hommes parfaits ». Révolté que ses enfants à lui soient utilisés comme cobayes, et puisqu’il lui est impossible de tirer plus de renseignements de son amie, il décide d’aller voir avec elle l’hôpital. Pour la suite la machine reste muette, et bien que Katsumi puisse visionner la scène du meurtre, le tueur lui n'est pas identifiable.

Katsumi et Tomonogi décident alors de faire passer la jeune femme directement à la machine. Mais quelle n’est pas la déception de Katsumi, lorsqu’il apprend que celle-ci s’est suicidée avant d’arriver à l’hôpital, et avec un poison rendant illisibles les données qu'ils auraient encore pu extraire du cerveau... Katsumi reçoit encore un coup de téléphone, mais passe le combiné à Tomonogi, qui apprend dans l’appel que la police est sur la trace de deux individus suspects. Tomonogi suggère alors à Katsumi que les coups de téléphone doivent venir d’une organisation secrète importante. Regardant par la fenêtre, Katsumi voit en effet un type louche qui fait les cent pas en fumant devant leur bâtiment. Peut-être faudrait-il appeler la police et tout raconter, confie-t-il à Tomonogi. Mais celui-ci, faisant le sourd, lui demande s’il est au courant des expériences de manipulation génétiques actuelles, et lui apprend qu'il a depuis visité un hôpital où des opérations étaient menées sur des fœtus de rats et de chiens afin de les rendre capables de vivre sous l'eau... Katsumi, dont la patience a atteint sa limite, rentre finalement chez lui. Arrivé, sa femme lui apprend qu’elle a reçu 7000 yens, après s’être fait avorter, comme « Katsumi » le lui a conseillé au téléphone le même jour. Droguée, elle ne se souvient ni des gens ni de l’endroit...

Rempli de doutes, sans cesse suivi, et n’arrivant pas comprendre quelle machination se trame derrière lui, Katsumi retrouve Tomonogi au laboratoire de recherche, et ils récapitulent ensemble les faits. Katsumi exprime alors ses doutes sur Tomonogi et le pointe comme coupable du meurtre du comptable. Tomonogi se défend et demande à la machine de juger. La machine répond que le raisonnement de Katsumi a une faille et n’est donc pas le bon. Mais lorsqu’il entend la voix de la machine, Katsumi se surprend à reconnaitre la voix des appels téléphoniques : Tomonogi révèle alors à Katsumi que la machine a sa voix à lui (d’où le fait que lui seul ne s’en rende pas compte). Finalement, après que son assistant Tomonogi l’ait convaincu, Katsumi accepte de se rendre au centre Yamamoto où sont développés des animaux aquatiques modifiés. Il y voit des fœtus d'animaux, modifiés par diverses injections d'hormones, pour devenir viables sous l'eau. Ils sont dotés de branchies et semblent s'adapter parfaitement à leur environnement marin. Katsumi, lui, ne peut pas s’empêcher de voir cela comme une perversion de la nature. De retour chez lui, il réalise qu'il ne peut pas laisser son enfant avorté devenir un « monstre » et se promet de faire éclater les choses au grand jour, bien qu’il ait juré de ne rien dévoiler sur le centre. Au moment de partir pour l'hôpital, la sonnerie du téléphone retentit.

L'interlocuteur, se rend compte Katsumi, a véritablement la même voix que lui. Il s'agit de la machine de prédiction construite par le Docteur lui-même. Pensant que quelqu'un est en train d'utiliser la machine pour lui faire peur, celle-ci le corrige :

« Qui est celui qui a préprogrammé tes paroles ?
- Personne. Elles sont nées inévitablement de toi-même.
- Ainsi....
- C'est ça, je suis la deuxième prédiction, celle qui a vu ton avenir dans la première prédiction. Après tout, je suis toi. Toi qui a fini par te connaître. »

La machine l'informe que son enfant fait partie des fœtus du centre. Le lendemain, il descend voir la personne qui le guette : celui-ci l’informe qu’il est un assassin particulièrement adroit que « Katsumi » a lui-même engagé. Après s’être fait payé le repas par le professeur, l’assassin va l'escorter, non pas à l'hôpital comme il s'y attendait, mais à son bureau, où l'attendent Tomonogi, Tomoyasu, Yamamoto, Wada et Aibane, soit tous ses interlocuteurs de laboratoire habituels, formant le « Comité local » qui a repris le projet. Arrivé sur place, on lui apprend sans tarder que sa visite du centre pour voir les hommes-poissons est refusée, car il voudrait tuer son fils. On lui apprend encore aussitôt sa condamnation à mort pour ses intentions de saboter leur projet en révélant l’existence du centre trop tôt (il avait promis son silence). En fait, Tomonogi lui dit qu’il est le seul parmi les assistants à n’avoir jamais réussi le test lui permettant de les rejoindre dans l’organisation à cause de son esprit « conservateur ». L’assassin attend dans le couloir (ils ont opté pour un accident d’électrocution, pour que sa femme puisse toucher l’assurance décès). Katsumi essaye bien de fuir, mais l’assassin derrière la porte le sonne et le remet sur sa chaise. On lui montre alors un documentaire vidéo fait à son intention, qui présente la partie du centre, mis en place en secret par le gouvernement, qu’il n’a pas vu lors de sa visite, celle où sont produits les hommes aquatiques. Le centre pour le moment a beaucoup de pertes plus les enfants avancent en âge, et ils ne possèdent qu’un seul spécimen de 8 ans, Iriri. Malheureusement, celui-ci n’est pas encore parfait, car il possède encore trop d’anciens caractères humains et est un peu solitaire.

Après que la vidéo s’arrête et qu’on a éteint la TV, la machine lui montre le futur, la fin de l’ère terrestre et toute l’évolution des colonies sous-marines d’hommes aquatiques.

Bientôt, les différentes causes de réchauffement climatique associées à un cataclysme sous marin vont provoquer une fonte des glaces importantes et une montée des eaux importante de l’ordre de 30 mètres par an. Les terres seront vite submergées. Le gouvernement sera transféré sous la mer, et ceux qui habiteront encore sur terre sont informés finalement de l'existence des hommes aquatiques. La large indignation sera aussitôt diminuée lorsque les femmes apprendront que ce sont leurs propres enfants, non pas morts mais sauvés. Puis les hommes-poissons commenceront à se poser en égal de la société humaine, acquérant les mêmes droits et pouvoirs, jusqu'à intégrer peu à peu le gouvernement. Bientôt, toutes les constructions humaines seront submergées par les eaux, et le règne de la société aquatique sera définitivement établi.

Mais la machine continue de montrer le futur à Katsumi. Un jeune homme aquatique, lui, rêve des nuages et du vent, qu’il ne peut qu’imaginer. Il ne connait rien de la surface et toutes ses informations sur l’ancienne existence des hommes lui viennent des musées ou de la TV. Il rêve de ces hommes terrestres, à l’esprit si fermé par les frontières, et qui pourtant leur ont permis à eux, êtres évolués et aquatiques, de vivre en se sacrifiant. Il décide de profiter d’un petit congé, pour aller voir la surface terrestre. Il nage d’abord jusqu’à Tôkyô et contemple ses ruines : les chemins et routes qui étaient nécessaires aux anciens humains pour marcher ou voyager, et cette surface au sol qu’ils devaient se partager avec avidité... Il décide d’aller plus loin jusqu’à une ancienne montagne dont la tête sort encore de l’eau. De ces dernières forces, il grimpe et se retrouve soudain plaqué sur le sol : contre toute attente, il ressent toute la lourdeur du monde.

« Cependant, la brise espérée était en train de souffler. Surtout, le vent baignait ses yeux, et comme une réponse, quelque chose, provenant du fond de lui, exsudait. Il était satisfait. D'une manière ou d'une autre, il s’était rendu compte que c'était peut-être la maladie de la surface, des larmes. Mais il ne voulut pas bouger. Et bientôt, son souffle cessa.

Puis le texte revient à la situation présente, et finit sur ces lignes :

Finalement, derrière la porte, le bruit des semelles en caoutchouc de l'assassin s'approchèrent en émettant un bruit de succion. Cependant, je ne pouvais toujours pas le croire, ainsi l'homme, par le simple fait d'exister, doit-il être redevable ? Cela est bien possible, dans les disputes parents-enfants, ce sont toujours les enfants qui jugent... peut-être, en dépit de toutes les intentions, ce sont les créateurs qui sont jugés par leur création, c'est cela la véritable loi.

De l'autre côté de la porte, le bruit de pas s'arrêta.


« Quatrième âge interglaciaire » (Dai yon kampyôki, 第四間氷期), Sekai (世界), 07.1958-03.1959.


Laurent RAUBER

Doctorant, Université de Strasbourg

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Lectures, Résumés

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.