L'outil informatique à l'usage des étudiants chercheurs.

10 juin 2010
Par

Mais comment nos aînés faisaient-ils à notre place ? C'est la question qui me vient à l'esprit à la vue de ce que nous propose aujourd'hui l'outil informatique en général, et l' Internet en particulier dans la diffusion et le traitement du savoir. Avec l'arrivée du Kaléidoscope du Japon sur la blogosphère scientifique, il me semblait intéressant de voir ce que la plateforme Internet propose, à destination des étudiants et peut être futurs chercheurs des études japonaises, dans le partage de connaissances. Mon propos n'est pas de présenter le détail des outils scientifiques, mais simplement de partir de mon point de vue d'utilisateur pour parler de certains d'entre eux et voir comment ils peuvent nous aider dans nos recherches et faciliter notre étude. Je me limiterais donc à ceux qui ont valeur de gratuité et dont je fais un usage régulier.

Tout d'abord concernant les outils de recherches bibliographiques.

Pour nous, tout démarre de là. Une première recherche bibliographique ne suppose pas forcément une préconnaissance de références. Il s'agit principalement de mettre la main sur une somme d'ouvrages traitant de notre sujet sans être assurés de l'intérêt de ces documents. D'où la nécessité d'avoir accès à des fiches détaillées et d'utiliser des outils précis à destination de notre étude.

Notre statut d'étudiant en japonais nous conditionne, c'est bien logique, à privilégier les sources de langue japonaise. Philologie et linguistique sont les caractéristiques de notre formation. Que ce soit dans l'étude historiographique, ethnographique ou littéraire, nous nous entendons sur ce que les données collectées, analysées, doivent être issues au mieux de références japonaises. Pour ce qui est de la théorisation, de l'approche méthodologique bien sûr on ne peut considérer comme une incartade l'inspiration de réflexions occidentales.

Il existe d'ailleurs une littérature critique (bien que souvent généraliste) foisonnante en langue occidentale ayant trait au Japon. La plupart des BNU en ont un fond conséquent et celle de Strasbourg semble avoir substantiellement enrichi le sien (1499 entrées pour « Japon », dont les plus récentes remontent à 2009). Néanmoins, il n'est pas toujours facile d'y faire un sondage précis et détaillé, et bien souvent nous sommes limités par les critères proposés par les moteurs de recherches de ces bibliothèques. Il faut aussi considérer qu'à un certain stade de son étude, et selon la précision de son sujet, il devient rapidement nécessaire d'étendre son investigation à de plus nombreuses entrées.

Pour ce qui est des références japonaises, on se tournera en Alsace vers la bibliothèque du Département de Japonais de l'Université de Strasbourg et celle du CEEJA (Centre Européen des Études Japonaises en Alsace) de Kintzheim, qui ne proposent malheureusement pas d'outil de recherche informatique, mais qui peuvent, à force de ténacité, révéler quelques perles notamment à travers des collections de recueils comme le Nihon Shisô Taikei ou des volumes complets de grands classiques toujours utiles.

Pour recouvrir un maximum de fonds différents et faciliter les découvertes intéressantes, il existe disponible en ligne des moteurs de recherche qui regroupent de nombreux catalogues :

-         La BULAC http://catalogue.bulac.fr/: La Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations qui concentre « plus de vingt fonds et bibliothèques (…) sur toutes les langues et civilisations du monde non occidental ».

Pour ma part, j'ai installé depuis leur site un bandeau de recherche qui vient s'accoler à mon navigateur pour me permettre de consulter rapidement leurs catalogues. Cela permet ainsi de localiser les références d'ouvrages ou d'articles spécialisés dans les fonds des bibliothèques participantes (Bibliothèques de l'EFEO, de l'EHESS, de l'EPHE, La Sorbonne, Paris 7, UMR MII, UMS CES, IFRI, BULAC).

La recherche se fait à la fois en langue occidentale et non occidentale ce qui n'est pas négligeable. On y trouve les référencements classiques par Titre, Auteur, Sujet,Cote ou ISBN/ISSN.

D'un point de vue général c'est mon site de prédilection pour toutes premières recherches, les notices y étant assez complètes et la visualisation rapide.

-          En japonais ou anglais, le NII http://ge.nii.ac.jp/genii/jsp/index-e.jsp : National Institut of Informatics est une institution japonaise qui contribue à diffuser les données scientifiques au Japon et à l'étranger à travers ses services en ligne. Le portail de matériaux académiques permet une recherche bibliographique croisée en romaji (lettres romaines) comme en kanji, et regroupe les outils pour moi les plus importants de la recherche informatique de références bibliographiques :

  • le CiNII, pour les papiers scientifiques tels que thèses, articles, parfois disponibles sous leur forme complète au format PDF (privilégiez les recherches en japonais);
  • le Webcat Plus, un des premiers outils de recherche en ligne, ouvert en 1998, qui regroupe de nombreuses références et indique également la disponibilité de celles-ci dans les librairies partenaires au Japon.

-         Regroupant ces deux outils plus l'accès à des ouvrages anciens mis en ligne, et ce, pour des thèmes très pointus, il y a le site japonais de la librairie de la Diète http://porta.ndl.go.jp/ . L'utilisation de ce site n'est pas conseillée pour la recherche de sujets trop généraux ou vagues, car sa lecture nécessitera un long examen des fiches proposées tant les entrées y sont nombreuses et diverses. Mais lorsque le BULAC ou le NII ne vous renseigne plus, il est temps de vous y plonger.

-          La dernière base de données que je souhaite présenter est plus discrète, mais son catalogue n'en est pas moins riche (celui ne se retrouve pas dans le BULAC), notamment pour ceux qui s'intéressent à l'étude du bouddhisme japonais et espèrent trouver en France des données précieuses : celle du fond des études japonaises du Collège de France http://bude.college-de-france.fr où siégeait entre autres Bernard Frank un spécialiste de la question de l'iconographie bouddhique (récemment évoqué à une journée d'étude du CEEJA). (Le lien Internet semble récemment poser problème, mais on peut retrouver leur fond sur le SUDOC http://www.sudoc.abes.fr/)

Cette année, l'URFIST (Unité Régionale de la Formation à l'Information Scientifique et Technique)  a proposé des formations pour l'utilisation des moteurs de recherches spécialisés en données académiques Google Scholar ou Scirius.  Personnellement je trouve ces outils encore un peu brouillons et  peu adaptés à notre étude. Peut-être que certains d'entre vous s'en servent et y voient de l'intérêt : n'hésitez pas à réagir.

Plusieurs sites maintenant pour se maintenir au courant de l'effort des chercheurs, former sa méthode ou se référer aux classiques des sciences humaines.

Si les chercheurs japonais qui fondent nos références ont leur propre vocabulaire et une approche distinguable des sciences humaines, un parallèle à la méthode occidentale peut nous faciliter la transition. C'est ainsi que personnellement je garde toujours un œil sur le travail de nos collègues « occidentalistes ».

-        Tout d'abord Erudit, http://www.erudit.org/ , un portail canadien d'archivage et de diffusion gratuite de la recherche ou l'on peut trouver un grand nombre d'articles en ligne sur des sujets très variés en anglais ou français.

-        Dans le même ordre d'idée, mais concentré sur ce que l'édition scientifique propose en France, Persée: http://www.persee.fr/web/guest/home , des revues ou des séries comme Homme, Annales, Actes de la recherche... Y mettent à disposition leurs anciens numéros (à deux ou trois saisons d'ancienneté) permettant de revenir sur de nombreux articles.

-        Les classiques des sciences sociales sont a retrouver sur ce site: http://classiques.uqac.ca/classiques/index.php . Organisée par l'Université du Québec à Chicoutimi, cette base de données gratuite nous offre de nous plonger dans les textes d'auteurs en sciences humaines libres de droit.

-        Enfin pour garder un œil sur les avancées actuelles des travaux des chercheurs japonais, je ne saurais trop vous conseiller le site du READ http://read.jst.go.jp/index_e.html . Celui-ci met en lumière les acteurs de la recherche scientifique au Japon et rapporte un grand nombre d'éléments académiques autour des sujets traités. Cette base de données, proposée depuis 1998, est enrichie d'éléments communiqués directement par les institutions et les chercheurs eux-mêmes.

Pour finir, et dans la nécessité d'organiser les données ainsi collectées, je peux vous conseiller l'utilisation d'un logiciel libre sous la forme d'un module adaptable à votre navigateur Internet. Ce module, Zotero, s'adapte à la majorité des formats des notes bibliographiques proposées dans les bases de données présentées ci-dessus. Il permet de conserver en ligne sa bibliographie et de la partager avec d'autres personnes. Personnellement, je n'use pas de cette dernière option (qui est facultative), mais de pouvoir retrouver en permanence l'ensemble des références de sa bibliographie, quel que soit l'ordinateur utilisé à condition qu'il soit connecté, est des plus pratique. L'interface permet un classement assez sommaire, mais la possibilité d'appliquer des marqueurs afin de retrouver facilement certaines références, d'ajouter des notes, d'y attacher des documents extérieurs et de classer l'ensemble par nature des fiches collectées (articles de journaux, de magazines, chapitres, livres...).  http://www.zotero.org/


Alexandre Goy

Doctorant à l'Université de Strasbourg. Domaine de recherche: Histoire du bouddhisme et ethnologie du Japon. Sujet de thèse: Shugendô et pratiques rituelles. Directrice de thèse: Sakae Murakami-Giroux.

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Méthode, Outils informatiques

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.


Carnets de recherche